This is a bridge
This bridge is very long
On the road again
This slideshow uses a JQuery script adapted from Pixedelic
 

Analyse TransactionnelleLe comportement engendre le comportement

Comprendre les autres, savoir répondre, désamorcer des situations délicates, repositionner un dialogue

1. Présentation courte de l’analyse transactionnelle

L’analyse transactionnelle est une approche complète de la personnalité mise au point dans les années 1950 par le psychiatre Éric Berne et un petit groupe de psychologues et de thérapeutes. Elle est généralement rattachée à l’École de Palo Alto, dite humaniste. Elle a été progressivement utilisée dans les domaines de la psychothérapie, de l’éducation, de l’aide à la personne et des organisations. Elle se fonde sur l’observation des transactions (échanges verbaux) qui régissent les relations quotidiennes entre les personnes. Cette observation permet de signaler les modes de fonctionnement adéquats et inadéquats à la réalité (= la situation du moment). Cette approche de la communication est d’autant plus efficace que les concepts en sont très simples. La présentation qui suit vise à donner un aperçu de phénomènes relationnels complexes. La lecture suffit pour en faire un savoir. Une pratique encadrée est nécessaire pour en faire un savoir opérant.

Références. Le film Oui, mais… d’Yves Lavandier (2001), avec Émilie Dequenne et Gérard Jugnot, est une excellente introduction illustrée aux principaux concepts de l’A.T. | Le triple moi (1979), de Gysa Jaoui, mère de l’actrice Agnès Jaoui, est une introduction limpide et élégante à cette approche relationnelle (réimpression en poche chez Robert Laffont, 2015).
https://youtu.be/j81J-HMmd_M

2. Les États du Moi

Selon la théorie de l’AT, une personne peut réagir à partir de trois « parties » d’elle-même que l’on nomme « États du Moi ». D’un moment à l’autre, d’un jour à l’autre, tout en restant elle-même, une personne traverse des manières d’être différentes, qui se manifestent par des sentiments, des émotions, des réflexions, des comportements et des opinions différentes : les « États du Moi » (abrégé en EM)

Le Parent (P)

Renvoie aux comportements, pensées et émotions copiées sur les parents réels ou les figures parentales. Le Parent renvoie aux valeurs, aux principes. C’est notre guide intérieur. C’est notre Parent qui nous dit qu’il faut rouler à droite.

L’Adulte (A)

Il correspond aux comportements, pensées et émotions en réaction directe avec l’ici et maintenant. Il permet de gérer les situations réelles. Il est rationnel et enregistre ce qui se passe dans notre P et dans notre E.

Questions types : Avez-vous une solution pour régler ce problème ? Comment présente-t-on un document à l’oral ?

L’Enfant (E)

Il reproduit les comportements, pensées et émotions vécues dans l’enfance. Il exprime nos pensées et nos émotions en relation avec nos véritables besoins. Il est la source de notre créativité.

Les trois États du Moi sont d’importance égale. Nous ne sommes pas toujours conscients de ce qui se passe en nous. Ce qui explique parfois les malentendus ou les impasses de certains échanges appelées aussi transactions.

Exercice. Notez les émotions et pensées qui vous ont traversés depuis ce matin ou au cours de la journée d’hier. Identifiez-les.

3. Découpage interne des EM

Parent normatif et Parent bienveillant

Dans certaines conditions, P peut devenir Persécuteur : nous sommes animés par un excès de normes, de règles, de codes sans relation avec la réalité immédiate. Si le Parent Bienveillant subit un excès de gentillesse, le Parent devient Sauveteur.

Dans les deux cas, les transactions avec autrui risquent d’être problématiques à un moment où à un autre.

Les transactions fonctionnent bien tant qu’elles sont parallèles. Dès que la réponse est croisée, la transaction soit s’arrête, soit se réoriente, soit débouche sur des Jeux psychologiques.

L’Enfant Adapté Soumis ou Rebelle / L’Enfant Libre

L’EAS se soumet à l’injonction d’un parent normatif ; l’EAR réagit en prenant le contre-pied de ce qui est dit ou fait ; l’Enfant Libre laisse libre cours à sa créativité.

Ces différentes instances sont toutes utiles ; chaque EM peut être utilisé de façon adéquate (pôle positif) ou inadéquate (pôle négatif) selon la situation donnée : c’est l’EAS + qui accepte le feu rouge et l’EAR – qui le grille. Mais c’est aussi l’EAR + qui se rebelle contre les lois injustes.

L’EL + est spontané, créatif et intuitif. L’EL- se met à chanter en Conseil d’administration.

Certaines personnes utilisent plus un EM qu’un autre. L’idéal est d’y avoir recours selon la situation donnée objectivement et de renforcer les États du Moi les moins représentés en soi.

réalisez votre test vous pouvez le poster dans les com
http://quizandco.pascaltheryformations.fr/test/egogramme